Quels sont les types de carrelages ?

Le carrelage, dit également « carreau de sol » est un matériau des plus appréciés et des plus recommandés dans le domaine de la maçonnerie d’intérieur. En effet, grâce à des qualités très utiles telles que la longévité, la solidité ainsi que la facilité d’entretien, le carrelage est fortement utilisé dans la grande majorité des maisons, pour ne pas dire la totalité. Outre cela, il possède un nombre inimaginable de variations de matériaux, de couleurs, de formes et de décors, ce qui le rend utilisable dans chaque pièce de la maison sans aucun problème majeur. Ainsi, avec un grand nombre de possibilités de personnalisations ainsi qu’une grande facilité pour placer ce dernier, le carrelage est ce qu’il y a de mieux pour aménager le sol de n’importe quelle pièce de la maison. Très varié en matière de matériaux, on peut notamment inclure le carrelage en pierre naturelle telle que le granit, l’ardoise ou encore le marbre, le carrelage en terre cuite et également le carrelage en grès.

Le carrelage en pierre naturelle possède une bonne durabilité ainsi qu’une excellente résistance par rapport aux autres matériaux. Le carrelage en terre cuite lui, a pour habitude de se patiner avec le temps. Assez tendre et fragile, un traitement à base d’huile de lin ou à base de parrafine est recommandé afin de garantir une protection à ce type de carrelage. Quant au carrelage en grès, la qualité, la résistance et la solidité de celui-ci dépendent totalement de la technique utilisée et mise en œuvre pour la fabrication de ce dernier. Il est également important de savoir que pour ce genre de carrelage, plus sa couleur est claire, moins l’usure se verra avec le temps. Ainsi, il est préférable d’opter pour un carrelage en grès d’une couleur blanche.

Il est également à noter qu’il existe un grand nombre de différentes normes , ces dernières se divisent en trois parties et donnent des indications sur trois données qui sont : La résistance au passage, la résistance à la rayure, la résistance à la glissance. La résistance au passage est déterminée par la norme dite « PEI », celle-ci définit le niveau de résistance à l’abrasion ainsi que la détermination du niveau de passage. La norme « PEI » est associée à une classe « II » à une classe « V » pour chacun des critères. La résistance à la rayure elle, est déterminée par l’échelle de « MOHS », cette dernière qualifie 4 différents degrès de rayures. L’importance de norme se montre lors de la présence de carrelage au niveau d’une piscine ou encore dans une chambre d’enfant. La résistance à la glissance se divise quant à elle en deux parties, la première étant la résistance à la glissance pieds nus. Pour celle-ci, la norme « ABC » peut qualifier trois différents niveau d’adhérence du carrelage, de l’adhérence moyenne à la forte adhérence. Il est à noter que cette norme s’avère importante lors de la présence d’un carrelage dans une pièce d’eau. La deuxième partie est la résistance à la glissance pieds chaussés, pour cette dernière, il existe la norme « R » afin de déterminer le niveau d’adhérence du carrelage, allant de l’adhérence normale jusqu’à l’excellente adhérence. A noter également que cette norme est prise en considération lors de la présence de carrelage au niveau d’un sol extérieur.

Comment poser du carrelage au sol ?

Pour poser soi – même un carrelage au sol, et de la bonne manière, il existe plusieurs techniques et astuces. Afin de réaliser un travail propre, net et efficace, il est tout d’abord important de se munir et de s’équiper d’un matériel adapté. En premier lieu, une vérification du sol est une étape principale impossible à passer. En effet, le sol à carreler se doit d’être plat, et en cas d’irrégularité, il est possible de réaliser un ragréage. Une application d’un primaire d’accrochage est essentielle en cas de sol poreux. Ensuite, le carrelage doit être posé au sol existant seulement si ce dernier est plat, en bon état et surtout, qu’il est toujours adhérent. Par ailleurs, une utilisation régulière et fréquente du niveau à bulle est extrêmement efficace dans le but de déterminer et vérifier la bonne disposition des différents carreaux. Concernant les petites surfaces, il vaut mieux encoller le carreau plutôt que le sol, et pour les carreaux supérieurs à 20 cm, une réalisation d’un double encollage est vivement conseillée pour avoir un résultat parfait. En cas de travail prolongé, des grenouillères peuvent être prévus. Par ailleurs, le carrelage collé doit être laissé sécher pendant une durée de 24 h avant la réalisation des joints.

Quel est le matériel nécessaire pour chaque type de carrelage ?

Bien que la plupart des outils utilisés soient les mêmes, certains types de carrelages nécessitent un matériel propre à eux. Ainsi, voici les outils recommandés pour une pose droite d’un carrelage de type carré :

  • Carrelage en carreau
  • Croisillons
  • Joint pour carrelage
  • Colle à carrelage
  • Maillet en caoutchouc
  • Mètre
  • Règle de maçon
  • Niveau à bulle
  • Peigne à colle
  • Coupe-carreaux
  • Seau
  • Perceuse
  • Mélangeur
  • Raclette en caoutchouc
  • Éponge

Le carrelage rectangulaire lui, nécessite un peu plus d’outils et de matériel pour sa pose. Du matériel tel que :

  • Du carrelage et des croisillons
  • Un Primaire d’accrochage
  • Du Mortier colle
  • De la Poudre à joint pour sol et mur
  • Du Dissolvant voile de ciment
  • Une Règle de maçon
  • Une Équerre de maçon
  • Un Niveau à bulle
  • Un Crayon et mètre
  • Un Rouleau en laine
  • Un Grattoir
  • Une Truelle
  • Un Seau
  • Une Perceuse et un malaxeur
  • Une Auge
  • Un Peigne cranté
  • Des Ventouses
  • Un Maillet en caoutchouc
  • Une Batte de carreleur
  • Un Coupe-carreaux électrique
  • Une Pointe à tracer
  • Une Meuleuse d’angle avec disque diamanté
  • Un Pince bec de perroquet
  • Une Taloche en caoutchouc
  • Une Éponge ou un chiffon
  • Un Aspirateur ou une serpillère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *